17/06/2013 14:00

Twitter, une histoire d'amour

Ca y est. 20000 tweets... Depuis le 17 juin 2009, ça fait pas mal, environ 14 tweets par jour... Avec des hauts, des bas... Revenons un petit peu sur cette "histoire d'amour" avec sa chronologie, du kikoo au mec un peu plus réfléchit, du fanboy au curieux, du spammeur au... au spammeur (faut bien un truc qui change pas).

 

Twitter et moi, le hasard d'une recontre

En juin 2009, je n'étais pas invisible sur internet (dû à mes activités scolaires) mais presque : pas de compte Twitter, pas de compte Facebook. A cette époque-là, j'étais un gros fanboy (on va y revenir plus tard), et si je me suis incrit sur Twitter, c'était avant tout pour participer à un concours d'@AnkamaEvents. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que mes premiers tweets étaient des gros fail car le nom était mal noté, donc mes messages allaient... dans le vide.

Grâce aux récentes archives Twitter, j'ai pu donc mon premier tweet, un fail donc :

A l'époque, Twitter était un réseau social émergent, pas grand monde dessus, encore moins des personnes que je connaissais IRL (qui sont arrivées bien après), et comme en plus c'était la première fois que j'arrivais sur un réseau social... Je me fichais pas mal de Twitter. La preuve avec des stats très basses pour les premiers moins (à partir de juin)..

Tout s'accélère à partir de septembre pour atteindre mon rythme actuel... A la différence qu'actuellement je considère mes tweets "utiles" (la plupart au moins). A l'époque, je les considérais utiles aussi, mais avec le recul je m'aperçois que c'était de la kikoololerie à l'état brut. Tout le monde a dû être kikoolol à un moment ou à un autre, mais ce que je regrette, c'est ça ait importuné du monde (mes quelques followers de l'époque). Mais c'est comme ça, ça ne sert à rien de supprimer des tweets morts et enterrés (sauf pour moi) histoire de se masquer le passé, surtout que dans mon cas, y aurait du boulot...

 

Twitter et moi, l'histoire d'un flood absolu

Après une petite baisse en début d'année, l'été/rentrée 2010 fut le summun de mon flood.

2000 tweets en deux mois... 1/10 de tous mes tweets... Beaucoup de twittos tweetent autant, mais mon problème c'est que ça devait être inintéréssant... Mais que voulez-vous, quand on est fanboy, on ne s'arrête plus ! D'ailleurs, ça sert à faire de la promo, et on obtient même quelques remerciements.

Les mois suivants, je pense que mes tweets sont devenus un peu plus intéressants, un peu plus "curieux", un peu plus "modérés" (en quantité), c'est du moins ce que je ressent en survolant les archives, le nombre de tweets, et l'augmentation de mes followers.

 

Twitter, mon journal plus ou moins intime que Facebook

A la base, j'essayais de faire la distinction entre lechevalierdej le twittos et Fabien, l'être humain derrière le compte (non, a priori je ne suis pas schizophrène). Et puis je me suis rendu compte que les deux étaient liés pour plusieurs raisons : je faisais part de quelques éléments de ma vie IRL ou de mes activités (des photos aux coups de sang), et d'autre part ma présence sur Twitter (surtout depuis que j'ai un mobile) est "fonction inverse" de ma vie IRL (plus je m'ennuit, plus j'ai des baisses de moral, plus je suis sur Twitter en règle générale, ce qui est logique puisque j'essai de "limiter" mon utilisation de Twitter quand je suis réellement occupé), sauf exceptions bien évidemment lorsque j'ai absolument des trucs à partager ou à regarder (prenons par exemple ce livetweet).

Néanmoins, pour me connaître parfaitement, il était "nécessaire" de me suivre sur Twitter car je postais des messages qui n'avaient pas leur place sur Facebook (je reconnais que laisser un temps Twitter poster des messages sur Facebook avait pu irrité mes prétendus "amis"), et inversement d'ailleurs. Mais je pense que plus d'infos sur moi étaient postés sur Twitter, à l'époque où je ne m'auto censurait pas.

 

Twitter, des rencontres et plus si affinités

Twitter était pour ainsi dire "vide" quand je m'y suis incrit (par comparaison à maintenant où t'es un ringard si t'es pas sur Twitter à voter pour ton candidat avec le hashtag #SS7). Du coup, tout ce que je trouvais à faire principalement, c'est regarder ce qui se disait à propos de mon quasi-unique centre d'intérêt, mais ausi dialoguer avec des personnes ayant (ou ayant eu à un moment où à un autre) les mêmes intérêts. Ainsi ce fut (et c'est toujours pour certains) l'occasion de dialoguer avec ses super twittos, @Dietyl, @KokaKiwi, @lechatleon, @alxch@Aewni, @AstroySio, @Kevinuara, @iDorian et tous ceux que j'oublis ou qui ont changé de pseudo, mais la liste serait bien longue si je devais citer tout le monde ! Ce fut l'occasion de discuter de sujets précis, puis des fois des trucs plus personnels, etc... De très bon moments !

 

Twitter, son arrivage massif, et ses départs aussi

Lorsque Twitter a vraiment intéressé les médias (ce qui est normal : toutes les infos du moment en instantané sur notre ordinateur/mobile, c'est plus pratique qu'en page d'accueil de la messagerie), une "émigration massive" a eu lieu, ce qui a quelque peu perturbé (selon moi) les habitudes sur Twitter : les CCM sont un peu plus distants (je pense nottament à @lemondefr), il y a une atmosphère moins pure (une augmentation de population rime avec une augmentation de conneries, de propos racistes, insultants, etc...), etc... Et puis parmis les "twittos" des premières heures (dans le sens "avant l'explosion du réseau", quand on avait régulièrement Twitter en over capacity), beaucoup sont partis, ont refait des comptes, ce qui a également changé l'ambiance de ma timeline, d'autant plus que je l'ai moi-même faite évolué.

En effet, ma timeline (c'est à dire mes "abonnements", ou "following") a grossit pour dépasser la barre des 600 comptes suivits (même si certains sont inactifs). Et avec l'expansion de Twitter, de plus en plus de personnes que je connais IRL se sont incrites, certaines ont accroché, d'autres non, d'autres ont eu des démarrages difficiles (il est vrai qu'il est difficile de prendre une certaine "dynamique" quand on débarque), ce qui augmente aussi les intéractions.

 

Twitter, d'une petite communauté à une véritable société

Le terme est un peu fort, mais c'est globalement comme ça que je le ressent. Comme je l'ai dis, il me semble que l'ambiance est moins "amicale" et "saine". Et puis mine de rien, moi aussi je commence à m'auto-censurer. Je me rend compte que je disais des trucs que je n'avais pas vraiment envie que des personnes que je connais IRL voient (sinon je le mettrai aussi sur Facebook), du coup dès que j'ai envie de poster de un tweet, je me demande généralement : "qui n'as-tu pas envie qu'il voit ce message ? est-il sur Twitter ? est-il suceptible de t'espionner ?" (oui, un peu de parano des fois). Du coup, j'évite plus de me mouiller sur certains sujets houleux (sauf quand j'ai des convictions bien arrêtées et que j'estime avoir fait le tour de la question et être sûr de mon avis), ce qui ne m'empêche pas pour autant d'assister à certains débats, des plus intéressants aux plus affligeants (et niveau débats honteux, débiles et intolérants, on a bien été servit ces derniers mois), des plus sérieux aux plus "légers" (les deux ne sont pas incompatibles, on se souvient bien de #RadioLondres en avril/mai 2012). Pour résumer, comme tout groupe qui grossit, l'idée de base peut toujours être là mais le déroulement moins harmonieux.

Et dans cette société, les contacts IRL ont commencé à arriver , je pense nottament à mon meilleur ami régulièrement cité @Anthik__, mais aussi à des camarades de classe comme @RigoniGabriel, @melviin12, @L_Rvt93, @J0nathaanN, @RybakT, @TimRamos81 et d'autres,  mais que je ne manque quasiment jamais d'annoncer à mes followers lors de leur arrivée. Comme je l'ai dis plus haut, ils sont certes, source de censure, mais permettent aussi je dialoguer, comme avec tout autre follower.

 

Twitter, ses traditions qui perdurent (ou pas)

#FollowFriday, #JeudiConfession, #MusicMonday... Les traditions perdurent (ou pas) sur Twitter, à travers les hashtags (que Facebook est en train de copier d'ailleurs). Il se distingue selon moi 4 traditions :

  • #FollowFriday ou #FF : il s'agit de citer le vendredi un ou plusieurs compte(s) Twitter à suivre pour nos followers, parce que ce(s) compte(s) est/sont sympa(s), qu'on est ami avec le mec derrière le compte, parce qu'on est satisfait d'un service, ... Bref, quelqu'un à suivre absolument ! L'inconvénient du #FF, c'est qu'on ne rencontre pas des mecs sympas toutes les semaines, donc soit on se répète quasiment chaque semaine, soit on en fait un (#FF) occasionellement, c'est à chacun de voir.
  • #JeudiConfession : c'est selon moi le plus vivant et qui perdure le plus : il consiste tout simplement, comme son nom l'indique, à faire "une confession" (vraie ou fausse) dans un tweet le jeudi. Reste à voir si cette confession est sérieuse ou débile.
  • #MusicMonday ou #MM : dérivé de #nowplaying (qui consiste a écrire le nom d'une musique que l'on écoute, convertis par certains en citation d'un jeu auquel l'on joue), il s'agit, le lundi, de partager une musique ou une playlist que l'on aime écouter. Malheureusement cette "tradition" n'a pas pris au sein de la communauté, et ce hashtag est assez peu utilisé.
  • D'autres tendances amusantes qui surviennent n'importe quand et qui consistent à compléter un phrase (#SiLaFranceGagneJe), parodier (#PlaceHippopotamusDansUnNomDeFilm), et d'autres concepts (comme lors de la manif pour tous #ToiAussiJoueLaCommeBoutin qui consistait à poster une photo de nous évanouis, comme Christine Boutin).

 

Twitter, la fidélisation

Et dans plus d'un sens. D'une part, "rester fidèle à Twitter" (c'est à dire tenir le temps de l'intégration pas très facile au réseau), ça permet de rester auprès de l'actu, de nos contacts. Mais pour nous "fidéliser" à Twitter et aux entreprises présentes dessus, les comptes Twitter de ses entreprises savent parfois très bien faire leur travail. D'une part parce que Twitter est plus rapide que les autres moyens de communication. Dans la plupart des cas que j'ai rencontré, une question posée sur Twitter trouvait une réponse plus rapidement que si j'avais envoyé la question par mail ou sur un forum grâce à des CCM compétants. J'ai eu nottament affaire à @bouyguestelecom (à cause d'un problème dû à leur service marketing téléphonique), et l'affaire a largement avancé via un conseiller qui est venu vers moi après la réclamation du problème sur Twitter alors que mes multiples appels à la hotline n'ont fait que m'irriter encore plus avec des réponses incohérantes d'un appel sur l'autre. Ne nous voilons pas la face non plus, Twitter est un bon moyen de pression pour les clients aussi, il est aussi facile de se montrer satisfait d'un service que de casser une image de marque à cause d'un service incompétent.

Mais pour fidéliser, l'arme ultime sont les concours ! Et des concours, j'ai passé une période à en gagner (nottament dans mes périodes de flood), soit en étant (dans) le(s) plus rapide(s), soit via le hasard ! La liste est bien longue, des 2 romans d'"Esprits Criminels" et les tatouages Tfou de @tf1 au coffret DVD "Secrets d'Histoire" par @France2tv, en passant l'Artbook Dofus 2 d'@AnkamaEditions, le dernier album de Madonna, Pro Cycling Manager 2011 sur PC, et bien plus encore.

Outre la "fidélisation", les comptes Twitter de marque, jeux, etc... sont aussi le moyen de poser des questions qui ne sont pas du type "hotline", discuter avec des développeurs, leur donner nos avis, et bien plus... Le ressentit est d'être parfois "plus proche" de ceux à qui l'on adresse, car un tweet est franchement plus cordial qu'un "votre message a bien été enregistré, merci de votre confiance" après un message sur un formulaire, une pseudo-réponse de noreply@noreply.com, ou un autre message automatique de ce type.

 

Twitter, la promotion

Si les groupes formels ont pour beaucoup un compte Twitter, c'est bien que cela leur est utile : assurer un SAV pour certains, promouvoir leurs produits pour d'autres, montrer qu'ils existent pour les derniers (et avoir un compte sans tweet, c'est pas terrible).

C'est ainsi que, dans une moindre mesure et avec de très légères ambitions (qui se résument à "coucou, on est là, on vient de faire ça, si ça vous intéresse cliquez ici"), j'ai pris les commandes de deux comptes Twitter : @IntersticeJS, compte des médias scolaires de mon ancien collège, et plus récemment @CrazyNiouzes, compte de l'émission que j'anime le mardi soir dans une radio étudiante. Avec 3 comptes Twitter à ma disposition (rajoutons mon personnel @lechevalierdej), j'ai suivit une logique qui n'a pas souvent été comprise mais qui pour moi est claire : ces deux comptes sont pour ceux qui veulent suivre les activités de ces médias mais pas mon activité personnelle, mais comme ces comptes font partie de mes activités (c'est moi qui tweette, mon travail est parfois présent dans le lien des tweets) il est normal que je retweete sur mon compte perso les messages de ces deux comptes annexes. Certes, cela fait parfois une masse de RT, mais il faut considéré que c'est moi qui écrit et que même si ces tweets sont postés @IntersticeJS ou @CrazyNiouzes, ils auraient très pu être postés @lechevalierdej en même temps car le mec derrière est le même. Me suivre, c'est comme suivre ces 2 autres compte, parce que cela vient de moi. Evidemment, cela participe aussi pour une bonne partie de mes 20000 tweets.

 

Twitter, un espace toujours agréable malgré tout

Même si je regrette que l'expansion de Twitter ait quelque peu "dégradé" l'ambiance du réseau d'il y a quelques années, c'est un mal pour un bien puisque cela signifie que les infos sont plus accessibles, qu'il est possible de communiquer voire de débattre (dommage que ça ne soit pas toujours intelligemment) avec plus de personnes etc... Le mauvais côté, c'est que Twitter tend à devenir de plus en plus indispensable nottament pour réagir dans les émissions TV (des plus imbéciles aux plus intéressantes) : m'étant inscrit à Facebook après Twitter, j'étais un peu frustré des concours ou autres exclusivités "Facebook only", ça fait la même chose sur Twitter pour les non-inscrits (bien que l'on puisse plus facilement profiter de quelques atouts de Twitter sans être inscrit que sur Facebook, mais ça c'est un autre débat). Autres petits regrets également : les noms sont plus mis en avant que les pseudos, et (même si c'est accessoire) il n'est plus possible de voir sur le site à partir de quelle application sont postés les tweets. Mais malgré tout, mes 20000 tweets témoignent que j'aime encore Twitter !

 

Twitter, pour moi actuellement

Pour résumer, actuellement je me sert de Twitter surtout pour surveiller les dernières "news" sur ma timeline (même si avec tous mes abonnements il m'est impossible de tout suivre), mais aussi pour communiquer, toujours faire la promo de mon émission, dialoguer de temps à autres avec des gens, que je connais IRL ou non, qui me répondent ou non, avec des messages construits ou non (il ne faut pas se prendre au sérieux tout le temps non plus). Et en ce moment à troller le bac (de philo) aussi.

 

Mais viens donc me follow, c'est si easy !

http://twitter.com/lechevalierdej

—————

Précédent



Sujet: Twitter, une histoire d'amour

Date: 17/06/2013

Par: lechevalierdej

Sujet: Règles

Vous pouvez poster ici vos commentaires en vous conformant aux règles : http://toutimablog.webnode.com/rules/

Exceptionnellement, puisque l'on parle de Twitter, les commentaires Facebook sont désactivés ;)

Merci

Répondre

—————