Blog

30/12/2015 19:39

lechevalierdej 2015 Awards

L'année 2015 se termine, et pour la première fois, j'ai décidé de décerner des Awards...

>> Cliquez sur l'article pour accéder à la galerie ! >>

En savoir plus

—————

27/12/2015 11:50

Aménagement des espaces publics urbains : quand l’ONU utilise Minecraft

Voici mon article paru dans la rubrique "Innovations" du n°75 de novembre 2015 de Caractères, le journal des étudiants toulousains (hébergé à l'IEP de Toulouse).

C’est à cause des jeux vidéo que les jeunes deviennent violents, qu’ils deviennent bêtes, on connaît la chanson, les médias nous la rechantent régulièrement. En revanche, ce qu’on sait moins, c’est que l’Organisation des Nations Unies a créé un programme basé sur un jeu vidéo pour travailler sur l’aménagement de territoires en difficulté.

Qu'est-ce que Minecraft ?

Sorti en 2009, Minecraft est un jeu « bac à sable » où les joueurs sont libres de créer ce qu’ils souhaitent dans un monde totalement ouvert, en choisissant de survivre à un environnement plutôt hostile ou de laisser libre cours à leur imagination. Le studio à l’origine de ce jeu, Mojang, indépendant à ses débuts, a été racheté par Microsoft l’année dernière. Le jeu est disponible sur PC, Mac, PS3, PS4, PSVita, Xbox 360, Xbox One, Android, iOS, Windows Phone… bref, sur la quasi-totalité des plateformes de jeu, tant son succès est important.

L'ONU se met au jeu vidéo

C’est la toute première fois qu’un jeu vidéo connaît un tel succès auprès des institutions. Si des versions éducatives sont utilisées par des enseignants, les Nations-Unies ont également mesuré le potentiel de ce jeu et se sont associés à Mojang (le studio de développement) pour monter le projet « Block by block » dans le cadre du « United Nations Human Settlements Programme » (UN-Habitat).

Le but est de fournir un outil simple d’utilisation pour les jeunes générations afin d’imaginer un aménagement des espaces publics, principalement sur des territoires défavorisés. Les meilleures « maps » sont validées et promues par l’ONU pour qu’elles se concrétisent dans la réalité. L’objectif est d’associer les populations locales à ces projets pour qu’ils soient acteurs du réaménagement de leur lieu de vie autrement que par des réunions publiques qui peuvent montrer certaines limites.

Un succès

Si de prime abord le procédé semble curieux, testé en 2012, il s’agit d’un véritable succès pour l’ONU. Le Monde rapporte les propos de Pontus Westerberg, le responsable du programme UN-Habitat qui semble très satisfait : « C’est fantastique de voir la confiance que ça leur apporte, ils [les habitants] finissent par se battre pour leurs idées. Et ça ne marche pas qu’avec les jeunes. Minecraft est très facile à apprendre, même pour ceux qui ne s’y connaissent pas en jeux vidéo ou en informatique. »

"300 espaces publics en 2016"

D’après le site internet de Block by Block, le programme soutiendra l’aménagement de « 300 espaces publics » d’ici l’année prochaine. En attendant, les premiers résultats sont visibles en vidéo. En effet, l’ONU a déjà commencé à travailler avec les municipalités et les associations locales pour que les espaces urbains créés sur Minecraft deviennent réalité. Plusieurs vidéos montrent la phase de création collective sur le jeu et la comparaison avec la réalité après les travaux, notamment sur les villes de Nairobi (Kenya), Kiritpur (Népal), Les Cayes (Haïti), et bien d’autres projets sont en cours en Ethiopie, au Rwanda, en Inde…

Plus d’infos sur Block by Block : http://blockbyblock.org/

Vous pouvez retrouver le sommaire du numéro sur le tout nouveau site du journal (que j'ai créé d'ailleurs).

Pour le numéro de décembre, j'ai basculé sur la rubrique "société" pour critiquer le "Youtubers Bashing".

Caractères est en vente à Sciences Po Toulouse ; suivez nous sur Facebook et sur Twitter pour ne rien manquer de notre actu !

En savoir plus

—————

19/10/2015 23:15

Livetweet : Débat des candidats aux élections régionales Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon

Il y a quelques heures (lundi 19 octobre 2015) a eu lieu à la Toulouse Business School (en partenariat avec Sciences Po Toulouse) un débat opposant les candidats aux élections régionales de la nouvelle région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon :

  • - M. Louis ALIOT pour la liste Front National-Rassemblement Bleu Marine
  • - Mme. Carole DELGA pour la liste Parti Socialiste-Parti Radical de Gauche
  • - M. Damien LEMPEREUR pour la liste Debout la France
  • - M. Gérard ONESTA pour la liste "Nouveau monde" regroupant EELV, le PG, le PC, le Partit Occitan
  • - M. Dominique REYNIE pour la liste Les Républicains-Union des Démocrates et Indépendants
  • - M. Philippe SAUREL pour la liste Citoyens du Midi.
Ce fut l'occasion pour moi de faire un petite livetweet des moments qui m'ont le plus interpelés durant le débat.
(Navré pour les fautes d'orthographe, dans "le feu de l'action" il faut faire vite pour éviter de quitter les discours et lutter contre la batterie faiblarde !)

En savoir plus

—————

04/09/2015 11:00

Réflexion sur les pouces rouges

Même s’ils ne sont plus tellement rouges, quand on parle de “pouces rouges”, tout le monde sait à quoi on fait référence.

Pour moi, les pouces rouges ont plus de désavantages que d’atouts sur Youtube. C'est ce que je pointe du doigt (humour !). Je vais essayer de vous expliquer pourquoi (pourquoi je pense ça, pas pourquoi il faut que vous soyez d’accord avec moi).

L’atout majeur : repousser les vidéos mensongères

C’est pour moi la force du pouce rouge (du moins c’est comme ça que je le vois) : un très fort pourcentage de pouces rouges pour indiquer aux futurs spectateurs que la vidéo ne correspond pas pas aux attentes sucitées par le titre, la description, ou donne des informations mensongères. 200 pouces bleus pour 3000 pouces rouges, ça a de quoi détourner la clientèle.

C’est en soi une sorte de modération par la communauté, qui sanctionne d’un très fort ratio de votes négatifs un contenu inaproprié.

 

“J’aime pas, c’est nul”, le problème

Voila le principal soucis du pouce rouge selon moi.

Si l’on regarde une vidéo que l’on n’aime pas, selon moi, il est inutile de mettre un vote négatif pour plusieurs raisons.

 

On ne peut pas plaire à tout le monde

(tiens, c’était pas une émission ça ?)

L’ensemble du contenu proposé sur Youtube ne peut pas plaire à tout le monde. On tombe nécessairement sur des vidéos qui ne nous plaisent pas, car le sujet ne nous captive pas, la réalisation est moyenne, nous sommes en désaccord avec les propos tenus, etc…

Dans ce cas là, pourquoi ne pas tout simplement passer son chemin, sans perdre une fraction de seconde à cliquer sur la main poingtant son pouce vers le bas ?  Il faut arriver à discerner si le contenu ne nous plaît pas, ne correspond pas à nos attentes (subjectif, pas de raison de mettre un pouce rouge selon moi) ou si le contenu est objectivement mauvais (à la rigueur, un pouce rouge si vous avez les nerfs à vif).

Prenons un exemple : je cherche à regarder un let’s play sur un jeu. En cherchant, je tombe sur des séquences de jeu, ou des “niveau par niveau”, des tutos, etc… Ce n’est pas ce que je cherchais, donc je ne vais pas être satisfait par la vidéo. Mais ce n’est pas parce que cette vidéo ne satisfait pas mes attentes du moment qu’elle est mauvaise : quelqu’un qui est bloqué sur un jeu peut avoir besoin de ladite vidéo pour se débloquer d’un niveau (et aura aimé la vidéo, alors qu’il n’avait pas besoin d’un let’s play).

 

Le pouce rouge de principe

Cette pratique est vraiment une abbération mais également un phénomène qui se retrouve partout, avec les fameux haters, rageux, et autre imbéciles qui prétendent ne pas aimer quelque chose ou quelqu’un mais suivent toujours avec attention son actualité en sachant pertinement qu’ils vont être mécontents.

Mettre un pouce rouge systématiquement aux vidéos dont le sujet ne nous convient pas, ou par principe parce qu’on n’aime pas le vidéaste en question, est tout simplement débile, dans le but d’être préjudiciable à ce dernier.

Ce comportement de gamin n’est toutefois pas le propre de Youtube, on peut l’observer sur les pages Facebook/réponses Twitter et autres réseaux sociaux d’entreprises, partis politiques, médias, personnalités (disposant d’un minimum de notoriété), etc…

Au delà du fait que le mécontentement ne concerne pas le contenu même de la vidéo mais plus son sujet ou son auteur (donc pourquoi porter un jugement sur une vidéo que l’on n’aime pas par principe ?) et que, pour ne pas manquer une occasion de cracher son venin, le rageux reste abonné à la chaîne de l’entité qu’il n’aime pas (curieux paradoxe, non ?), quel intérêt, franchement ? Se défouler certes, mais en réfléchissant ne serait-ce qu’un tout petit peu,est-ce l’accomplissement d’une vie de passer son temps à mettre des pouces rouges à tors et à travers ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas une preuve de maturité.

 

“Non.”

Quand vous vous prenez un 03/20, vous aimez savoir pourquoi en général, n’est-ce pas ? Et bien c’est la même chose ici (en tout cas en ce qui me concerne, je ne prétend pas représenter la majorité), et si pouce rouge il y a, j’aime bien qu’il soit suivit d’un commentaire (ce qui arrive très rarement) expliquant qu’est-ce qui n’a pas été aimé dans la vidéo (pas un simple “nul”, “fuck”, ou autre mot délicat dans ce genre). D’une part ça permet au créateur du contenu de voir que les pouces rouges sont argumentés (pouvons-nous dire justifiés ?), et de voir comment faire mieux la prochaine fois s’il prend en considération les commentaires. Critiquer oui, mais critiquer en argumentant.

 

Pourquoi ne pas retourner ces arguments contre les pouces bleus ?

Parce que de manière générale, cela ne porte préjudice à personne, ou bien ces pratiques sont surtout répendues chez les amateurs de pouces rouges.

  • Personne ne va remettre en question le fait de de mettre un pouce bleu

  • Le pouce bleu de principe, même s’il est critiquable, est plus “pacifique” et toléré (être un fan, ce que la plupart d’entre nous avons été/sommes encore)

  • L’approbation sans justification me semble plus acceptable que le pouce rouge : on peut aimer un contenu dans sa globalité, sans pour autant détailler tous les aspects appréciés. Toutefois cela n’empêche pas de pouvoir poster un commentaire en soulignant un fait marquant que l’on a apprécié, ou à l’inverse tempérer son avis favorable par quelques critiques.

 

Arbitrage des votes favorables/défavorables

Il est vrai que le ratio de pouces bleus/pouces rouges sert à nous donner une idée de l’intérêt d’un contenu (plus par le ratio “quel pourcentage d’avis négatifs par rapport au nombre d’avis positifs que leur quantité). En cela, le pouce rouge peut être utile. Néanmoins, n’y aurait-il pas une autre solution ?

Difficile à dire. On pourrait envisager un ratio vues/pouce bleu, mais serait à interpréter différemment : d’une par les pouces bleus “de principes” pourraient devenir un problème (ne parlons pas de l’achat de pouces bleus et de vues déjà utilisé), et d’autre part les types de publics auxquels s’adressent les vidéos n’ont pas nécessairement les mêmes habitudes concernant la notation (ou pas) d’un contenu. Pour rester sur le cas de Youtube, certains contenus/vidéastes entretiennent (ou du moins favorisent) une certaine “fidélité” de leur public, enclin à regarder systématiquement chacune de nouvelles vidéos en lui donnant pouce bleu. A l’inverse, certaines vidéos sont visionnées à l’issue d’une recherche spécifique de contenu, parfois par des “néophytes” n’étant pas connecté sur un compte Google ou n’ayant pas le réflexe de mettre un pouce bleu. Il serait alors très difficile de déterminer un ratio (nombre de vues/pouce bleu) qui permettrait d’évaluer au premier coup d’oeil si une vidéo mérite d’être regardée ou pas (étant entendu que plus le ratio est bas, mieux c’est). De plus, cela pourrait s’interpréter comme les actuels pouces rouges de principe (le spectateur ne met pas de pouce bleu, donc il n’aime pas, alors qu’en réalité il n’a peut-être pas pensé à le mettre).

 

La pratique du pré-jugement à l’aide du ratio j’aime/j’aime pas étant bien ancrée dans nos pratiques numériques, il me parraît inconcevable de sortir du système de pouces rouges sans trouver un système de remplacement permettant d’avoir un pré-jugement.

 

Grandir un peu ?

La solution la plus simple (mais également la plus utopique) serait de “faire grandir” les spectateurs, de les rendre plus matures (ce qui, difficile à un certain âge, est impossible avec les utilisateurs les plus jeunes). Donner un peu plus d’objectivité dans les pouces rouges, ça ne serait que mieux pour renforcer leur valeur…

 

Mais, c’est beau de rêver…

 

Et toi le donneur de leçon, tu fais quoi ? Tu fais encore le passager clandestin ?

Non, du tout, ce que j’écris ici, c’est ce que j’applique : je met des pouces bleus quand j’aime le contenu (parfois par principe, je l’avoue, mais uniquement si le contenu n’est pas dérangeant et après l’avoir lu/vu en intégralité), et quand je n’aime pas une vidéo… Je passe mon chemin, sans mettre de pouce rouge, ayant conscience que ce n’est pas parce que moi j’aime pas que c’est forcément le cas de tout le monde. Je réserve mes pouces rouges pour des cas assez rares, uniquement lorsque la vidéo est délibérément mensongère (et en général, au niveau du ratio, les pouces rouges l’emportent déjà sur les pouces bleus.


Alors, je suis le seul à me poser autant de questions ?

En savoir plus

—————

28/08/2015 15:00

Top 5 de mes jeux vidéo préférés

Il y a un petit moment que je voulais faire ce classement, même si ceux qui me suivent sur Twitter doivent déjà avoir une idée des jeux auxquels je joue.

Je précise que ce classement est totalement subjectif, ne venez pas me lancer des pierres si vous n'êtes pas d'accord avec moi.

 

1er : Rayman 3

Editeur : Ubisoft

Studio : Ubisoft Montreuil

Année de sortie : 2003 (2012 pour la version HD)

Plateformes : PC, Xbox, PS2, Gamecube, Gameboy Advance | Version HD : PS3, Xbox 360

C'est peut-être parce qu'il s'agit de mon second jeu vidéo sur console, mais c'est mon jeu préféré. Il s'agit d'un épisode de Rayman en 3D (le seul où Michel Ancel, son créateur, n'a pas collaboré), mêlant des personnages loufoques à des décors somptueux qui n'ont d'égal que la magnifique OST qui les accompagne, le tout avec un gameplay fun proposant une progression bien jaugée.

Pour la petite histoire, André (ou Dédé) et un lums rouge (gentil) qui a eu peur et s'est transformé en lums noir (méchant) avec pour objectif de transformer d'autres lums pour asservir le monde. Si durant la première partie du jeu le but est de sortir Dédé du ventre de Globox (qui l'a avalé par erreur), une fois cela fait, le but sera de le rattraper dans la seconde partie.

Comme je le disais plus haut, la diversité et la qualité des musiques, les décors de toute beauté et différents pour chaque monde (Concile des Fées, Forêt Claire Feuille, Marais Crapoteux, Lande aux Esprits Frappés, Désert des Knaarens, Grand Raccourci, Sommet d'Outre Nuées, Quartier Général Hoodlums, Tour du Leptys) en font une oeuvre d'art (oui, quand je suis fan, j'y vais à fond).

Le gameplay est constamment renouvelé avec de nouveaux ennemis, de nouveaux pouvoirs, de nouveaux "véhicules" (bateau, surf, voiture volante, skate, ...) tout au long du jeu.

Notons également les dialogues dont l'humour potache rend le jeu encore plus passionnant, et renforcent les traits de chaque personnage.

Allez, un défaut ? Seulement que la caméra n'était pas encore au point sur les jeux de cette époque et qu'il est parfois difficile d'appréhender les distances. Mais ce n'est qu'un détail, ça ne nuit pas réellement au jeu. On peut aussi regretter que si la version HD reprend l'ensemble des niveaux bonus (sympas, mais pas faciles), les vidéos "tuto" (expliquant aux Hoodlums comment tuer Rayman) de la version originale ont été troqués pour des illustrations issues de l'artbook de Rayman Origins. C'est sympa, mais ça ne remplace pas ces vidéos, heureusement trouvables sur Youtube !

Le jeu coûte 10€, vous avez ordre de l'acheter. Sur le champ. On ne discute pas.

Si vous souhaitez découvrir le jeu, je vous conseille le Let's Play réalisé par PlayFan ici :

Ma fausse interview avec les personnages du jeu (pour montrer une partie de leur humour) : 

2ème ex-aequo : Rayman Origins et Rayman Legends

Editeur: Ubisoft

Studio : Ubisoft Montpellier

Année de sortie : 2012

Plateformes : PC, PS3, Xbox 360, PS Vita

Editeur: Ubisoft

Studio : Ubisoft Montpellier

Année de sortie : 2013

Plateformes : PC, PS3, Xbox 360, PS Vita, PS4, Xbox One, WiiU

Oui, je suis fan de la licence. Que voulez-vous !

Je mets ces 2 jeux ensembles car Legends est en quelque sortes la suite d'Origins. La qualité des niveaux de ces jeux est exceptionnelle pour plusieurs raison : une superbe OST (composée par Christophe Herald et Billy Martin), des décors somptueux dans chaque monde (tiens, je l'ai pas déjà dit ça ? remarquez, sur Legends, ils ont été bien améliorés depuis Origins), et des niveaux d'une précision redoutable. Je pense par exemple à ce qui fait la spécificité de chaque jeu : les Coffrapattes sur Origins et les niveaux musicaux sur Legends. Ces niveaux nécessitent une précision à la seconde près afin de pouvoir être parfaitement réussis, tout en sachant conserver (ou créer) du fun. Le nombre de personnages disponibles est assez conséquent, bien que le choix des personnages soit peu important pour moi.

Peu de scénario dans ces jeux (mais en même temps on n'est pas vraiment là pour ça), si ce n'est qu'un magicien Ptizêtre maléfique (puis 5) sème(nt) des cauchemars dans la Croisée des Rêves.

Rayman Legends a également un atout que n'a pas Origins : 4 niveaux en ligne (2 par jour + 2 par semaine).  Générés automatiquement à partir de séquences de jeu, ils se déroulent dans les niveaux où l'on peut libérer des princesses (Château de Murfy, Puits sans Fond, Lande aux Esprits Frappés, Dojo, et ma préférée : la Tour Infinie) et proposent des défis variés : aller le plus loin possible, aller le plus vite possible, récupérer le plus de lums possibles, ... Le vendredi, c'est le jour du défi spécial de la semaine : au lieu d'être créé par un algorithme comme d'habitude, le challenge et fait main par le studio et propose parfois de nouveaux types de défis, ce qui permet de mieux les équilibrer et de proposer de nouvelles séquences de jeu. Le seul point noir de ce mode sont les tricheurs qui sont nombreux, mais régulièrement bannis depuis quelques temps (heureusement que je suis allé râler sur Twitter !).

Toutes mes vidéos sur tous les niveaux de Rayman Legends :

Mes meilleurs défis en ligne :

3ème : Wakfu, les Gardiens

Editeurs : Ankama / France 3

Studio : Ankama

Année de sortie : 2009

Plateforme : PC (sur navigateur)

Jeu indisponible : les serveurs de jeux ont (malheureusement) fermé.

S'il y a bien un jeu que je regrette, c'est celui-ci, car Ankama a pris la décision de fermer les serveurs de jeu, pour notre plus grand regret.

Basé sur le client de jeu Dofus 1.27, ce jeu jouable sur navigateur était un MMORPG (au tour par tour) directement en lien avec la série télé Wakfu. Chaque samedi matin, juste après la diffusion d'un épisode du dessin animé sur France 3, un nouveau donjon ouvrait ses portes. Composé généralement de 3 combats successifs, le "donjon" permettait de revivre les aventures de l'épisode diffusé en jeu, de 1 à 4 joueurs, contre les ennemis notables de l'épisode, éventuellement avec les alliés de circonstances qui apparaissent aussi.

Les qualités de ce jeu ne se limitent pas à son ambiance toute particulière via des graphismes très colorés et des musiques reprises du dessin animé (ou dans le même genre) et qui s'accordent parfaitement aux niveaux. L'ambiance est aussi retranscrite à l'aide des paroles des personnages puisque des citations du dessin animé sont reprises en jeu : on peut les entendre aléatoirement durant un combat spécifique, ou bien au lancement des sorts des adversaires, permettant de scénariser un combat. Un adversaire notable dans la série voit parfois sa représentation en jeu évoluer au cours des combat : devenir plus forte, changer de sorts, changer d'apparence, ce qui participe à l'immersion dans l'histoire. Niveau gameplay, outre les sorts que l'on possède habituellement et qui malgré de bonnes animations restent somme toute classiques (taper, généralement), il peut arriver lors de certains combats que nous possédions certains sorts spécifiques (un sort pour "embrasser" des princesses par exemple, ou d'autres pour apprendre des pas de "danse", à moins que l'on préfère puiser l'énergie du Wakfu pour multiplier par 20 notre puissance). Les monstres peuvent également nous réserver quelques surprises en cours de combat (se suicider inopinément, changer complètement de gameplay, ...), rajoutant du fun à des affrontement que l'on aimait souvent faire en boucle (Kriss la Krass qui se suicide ou Rubilax qui grossit au cours du combat, ça surprend, hein !).

A propos du "farm", un des avantages de la première version du jeu était l'égalité entre tous les joueurs : en effet, étant donné que l'on gagnait un niveau par donjon (et uniquement un), que les sorts s'augmentaient automatiquement et que nous ne possédions pas de "caractéristiques", tous les joueurs avaient la même puissance. La seule distinction qui pouvait se faire était l'obtention d'un sort supplémentaire grâce à un chapeau sur lequel une rune avait été "craftée". Le farm ne permettait donc de gagner seulement plus de ressources pour crafter ces chapeaux ou encore espérer gagner des runes de sorts.

Alors que l'équipe de développement avait seulement pour mission de développer un donjon par épisode de la série animée, le jeu ayant eu un certain succès (précisons aussi qu'il était gratuit), les développeurs ont décidé de développer une histoire annexe avec une trame secondaire, de PNJ et de nouveaux donjons jouables, montrant leur implication à fond dans le projet (c'était même eux qui faisaient les voix des personnages annexes).

Malheureusement, le jeu aura eu un triste destin : la version 1 a été fermée au lancement de la version 2, puis le projet interrompu par Ankama qui a décidé d'envoyer les développeurs en renfort sur des projets plus important (principalement le MMO Wakfu dont la sortie approchait), laissant le jeu accessible mais sans aucune évolution, avec un grand nombre de bugs empêchant les joueurs de jouer correctement (le lead game designer a trouvé le temps d'en corriger quelques uns après la fin du projet, mais pas tous). L'équipe de développement a toutefois pu faire une fin "à la va vite" (avec une belle cinématique), coupant tout net l'intrigue qui avait été lancée et qui s'annonçait passionnante. Ankama ferma définitivement le serveur de jeu le 14 octobre 2014.

Toutes mes vidéos sur la version 1 :

Toutes mes vidéos sur la version 2 :

Ma vidéo d'hommage à ce jeu lors de sa disparition :

 

4ème : Dofus

Editeur : Ankama

Studio : Ankama

Année de sortie : 2003

Plateforme : PC

 

Bien que beaucoup de monde critique ce jeu, beaucoup de monde y a joué. Et non, je ne vais pas dire "la 1.29 cété mieu ke la 2.0", "remété lé trakes", etc.

J'ai commencé à jouer au jeu en 2006 sur la version 1.15, longtemps sans être abonné, et j'ai vu les évolutions du jeu. Aujourd'hui, ce sont 16 classes de personnages qui sont disponibles, de nombreux territoires à visiter et d'activités à exercer (donjons, farm de monstres, apprentissages de métiers, chasses au trésor, combats joueurs comme joueurs, quêtes à accomplir, ...).

J'ai passé de très nombreuse heures (et de très nombreux euros) dans ce jeu, et même si je ne l'ai pas mis en tête de ce classement (alors que c'est probablement le jeu auquel j'ai le plus joué), je ne pouvais pas ne pas le mettre dans ce classement. Il est vrai, on a nos périodes où on en marre du jeu, on le laisse quelques mois, et puis en ce qui me concerne j'y retourne à un moment ou à un autre et prend du plaisir à rejouer et à voir les modifications (sauf le sort "Syncro" des Xélors, hein, c'est trop cheaté).

Le jeu complet nécessite un abonnement (5€/mois, dégressif jusqu'à 4€/mois, abonnement possible via la monnaie du jeu), mais 2 zones sont accessibles gratuitement et sans limite de temps (Incarnam et Astrub) afin de découvrir le jeu. Le jeu est téléchargeable, mais il est possible d'y jouer via la version sur navigateur, si toutefois vous avez une connexion internet suffisamment performante.

Toutes mes vidéos sur le jeu :

 

5ème : Call of Duty: Black Ops II

Editeur : Activision

Studio : Treyarch

Année de sortie : 2012

Plateformes : PC, PS3, Xbox 360, WiiU

Ne me traitez pas de kikoo, oui je sais que "callof c'était mieux avant" et que "callof c'est pas un vrai jeu", mais lisez ce que j'ai à dire avant.

J'ai découvert Call of Duty avec Modern Warfare 2 (Infinity Ward), l'année de Black Ops (Treyarch). J'avais beaucoup aimé Modern Warfare 2 (foutu Sheperd), c'est pourquoi j'ai enchaîné avec Modern Warfare 3 (Infinity Ward, Sledgehammer Games, Raven Software), et contrairement à beaucoup, j'ai bien aimé (certes moins que MW2), en particulier l'introduction des modes "Elimination confirmée", "Infectés" et "Zone de largage". Je ne suis pas passé par la case Black Ops car je trouvais les graphismes trop "moches", et que bon, "les zombies, je m'en fiche" (qu'est-ce que j'ai pu être con).

Sceptique, je me lance dans Black Ops II, que j'apprécie grandement : d'une part le solo est pas trop mal scénarisé (le scénariste est le même que pour The Dark Knight Rises) et introduit un nouveau système de choix en cours de jeu (tuer ou garder en vie, arriver à capturer ou non, etc... menant à 6 fins différentes) et de personnalisation de notre équipement (armes, atouts, accessoires, ...). Le multijoueur est également bien pensé : même si la manière de jouer ne change pas vraiment des précédents opus et que Betty, C4 et Détecteurs de cibles me donnent des boutons (les snipers et autres campeurs aussi, mais bon, ça c'est depuis que j'ai commencé la licence), le système de points dans une classe (permettant de rajouter/enlever accessoires, armes, atouts, ...) ainsi que le remplacement des killstreaks par des scorestreaks (incitant donc à jouer les objectifs du mode de jeu choisit) ont rendu plus intéressant mon expérience de jeu : en effet, je fais généralement de mauvais ratio éliminations/morts mais de jolis scores.

Et puis le mode zombie. C'est sur ce CoD que je l'ai découvert, et j'ai tout de suite accroché (et c'est par la suite que j'ai acheté Black Ops et World at War). Mais pour ça, je vous renvoi à mon article à ce sujet, fait il y a quelques années.

C'est donc la combinaison des 3 éléments (solo, multi, zombies) qui fait que c'est ce CallOf là que je préfère. Et puis c'est le seul sur lequel je suis "Maître Prestige". Mais ça on s'en fout, hein, ça veut rien dire !

Ah et j'ai joué à la Beta de Black Ops 3, et j'ai bien aimé ! Vivement le jeu complet !

Toutes mes vidéos sur le jeu :

En savoir plus

—————

20/08/2015 10:40

Top 5 de mes niveaux préférés sur Rayman Legends

J'y joue quasiment tous les jours quand j'ai ma console sous la main. Je l'ai revendu sur PS3 (en l'ayant terminé à 100%) pour pouvoir le racheter sur PS4 et compte le prendre sur PC prochainement. Bref, je passe beaucoup de temps sur Rayman Legends. Et même si tout le jeu est bien, j'ai quand même réfléchi à mes niveaux préférés (mais tolérez moi des ex-aequo quand même, hein !). Attention : ce classement est purement subjectif.

1 ex-aequo) Les mamies en tournée | Les mamies en tournée (8-bit)

C'est un niveau musical, le dernier niveau du jeu, il n'est pas facile (c'est le dernier), mais il est tellement fun !

La musique remixée est Chasing a Dream, la musique de la Lande aux Esprits Frappés depuis Rayman Origins. La version 8-bit mélange visuellement tous les effets des précédents niveaux 8-bit (plus la division en "petits écrans") mais les mélange de manière à être en accord avec le rythme. C'est un bonheur de finir le jeu comme ça.

2) La Tour Infinie - Le plus loin possible !

C'est le niveau en ligne que je préfère. Au pied d'une tour qui s'enfonce dans le sable, il faut monter le plus possible à la verticale jusqu'à ce que mort s'en suive (car non, ce niveau n'a pas de fin, il faut mourir pour arrêter la partie). Les 3 musiques qui composent ce niveau (The Tower of Babel : "Moving Ground", "Rising", "Legendary") sont mes préférées (hors musiques des niveaux musicaux bien sûr), et j'ai pu gagner dans les défis de ce type un certain nombre de coupes de Diamants (très rares à obtenir, attribuées seulement à "l'élite" de chaque défis). J'ai également pu dépasser une fois les 2000 mètres de parcours. Voici, à ce jour, ma meilleure performance dans un challenge de ce type :

3) La folie des Mariachis

Il s'agit du niveau musical du tableau "Fiesta de los Muertos". Je crois que cette fabuleuse reprise de Eye of the Tiger (Survival) a été appréciée par l'ensemble de la communauté. Comme à chaque niveau musical, les synchronisations entre la musique et les plateformes est excellente, nous poussant à faire ce niveau en boucle. Un formidable niveau !

4 ex-aequo) Il est libre Lucha | Luchador

Ces niveaux n'ont pas grand chose en commun (si ce n'est qu'ils se suivent dans le tableau "Fiesta de los Muertos"), mais je les classe au même niveau.

Dans le premier, nous sommes à la fois poursuivant et poursuivit : à la poursuite d'un mage Ptizêtre maléfique, on tente par la même occasion d'échapper à Lucha, un géant vert (sans légume) qui tente de nous écraser dans ce monde fait de gâteaux. La dynamique de ce niveau, associée à l'ambiance de la Fiesta de los Muertos qui me plaît particulièrement font que j'apprécie beaucoup ce niveau.

Luchador est un boss que l'on doit battre dans une arène. Cette fois, ce n'est pas le gameplay que j'apprécie le plus dans ce niveau mais la musique "débile" de ce niveau. Elle est en plein stéréotype de la langue espagnole, étant donné que la phrase principale est : "Luchador, que calor !". Pour la petite histoire, Christophe Hérald (compositeur des musiques sur ce jeu) a réunit tous les salariés du studio dans une cour et procédé aux enregistrements de cette "chanson". Et puis comme toujours, les couleurs, le public de l'arène (des adversaires squelettes) ont su me séduire pour mettre ce niveau en 4ème position.

5) Les Appartements sous-marin

Ce niveau a la particularité de se dérouler en 3 phases. Les 2 premières (à faire dans l'ordre que l'on souhaite, une dans des appartements et l'autre sous l'eau) consiste à parcourir une zone, couper le courant, et la retraverser dans l'autre sens, la réapparition d'ennemis et l'arrêt du courant ayant provoqué une nouvelle configuration de la zone. Une fois les 2  générateurs arrêtés, une nouvelle zone devient accessible.

Et la première fois que je suis rentré dans cette partie, j'ai eu un temps d'arrêt. Mais oui, cette musique est la reprise du thème "laser dance" du film Ocean's Twelve, lorsque Vincent Cassel effectue des mouvements acrobatiques pour éviter des lasers mobiles de surveillance et dérober un objet précieux dans un musée une nuit (cette séquence apparaît lorsqu'il raconte comment il a procédé à Georges Clooney, alias Daniel "Danny" Ocean).

Dans le jeu, c'est la même chose ! Des lasers mobiles à éviter, avec des séquences de pauses indispensables pour pouvoir avancer, etc... Rien que pour ça, ce niveau mérite de faire partie de mes coups de coeur.

Outre ceci, la variété des séquences de ce niveau, sa longueur et (encore et toujours) son ambiance font qu'il synthétise pour moi tous les aspects que j'aime dans les niveaux du tableau "6000 lums sous les mers".

 

Bien que le jeu ne coûte plus grand chose maintenant, une version démo est disponible pour chaque plateforme sur le Playstation Network, Xbox Live, Steam, store Nintendo et Uplay. Parmi les 3 niveaux qu'elle propose, il y a un niveau musical qui n'est pas dans ce top, "Baffes'n'Rock" (reprise de Black Betty de Ram Jam). Quand j'ai lancé la démo la première fois, je me suis dit : "je vais probablement prendre le jeu, voyons ce qu'il vaut". Quand j'ai joué à ce niveau, je me suis dit : "il FAUT que je prenne ce jeu !".

En savoir plus

—————

23/07/2015 18:40

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre

Voici mon article paru dans la rubrique "innovations" du n°74 d'avril 2015 de Caractères (jounal associatif de Sciences Po Toulouse) :

Encore primé le mois dernier [mars 2015], ce petit bijou de d’Ubisoft Montpellier est un incontournable. Disponible sur PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One, Android et iOS, il réussit à être à la fois ludique et pédagogique !

Une famille déchirée

Plusieurs personnages sont jouables en fonction des chapitres.

Il y a tout d’abord Emile, né en 1867, originaire des Vosges. Veuf, vit dans sa ferme avec sa fille, Marie. Le 13 août 1914, il est mobilisé sur le front Ouest où il est fait prisonnier et devient cuisinier pour les allemands.

Marie est la compagne de Karl, avec qui elle a un enfant. Mais Karl est allemand, et est mobilisé au front, face à Emile, son beau-père. Il est fait prisonnier, et arrivera à s’échapper en parcourant des centaines de kilomètres, à pieds, en plein hiver, pour essayer de retrouver sa femme…

Lorsque le régiment dans lequel Emile est contraint de travailler est attaqué, il fait la connaissance de Freddie, né en 1882 en Louisiane et engagé dans la légion étrangère. Ils vont faire un bout de chemin ensemble, et se retrouver en très mauvaise posture.

Heureusement pour eux, ils sont sauvés par Anna, une infirmière belge qui suivait des études de médecine à Paris. Depuis la bataille de la Marne, elle a quitté Paris et aide autant qu’elle le peut les soldats du front les plus mal en point. Elle adopte Walt, un chien d’origine allemande, formé pour rechercher les victimes sur les champs de bataille.

Un beau jeu

            Très loin du réalisme qu’on peut connaître avec les traditionnels jeux de guerre, Soldats Inconnus est un jeu en 2D dans un style plutôt « bande dessinée », utilisant l’UbiArt Framework, le moteur utilisé dans Rayman Legends et Child of Light.

            L’ambiance est également travaillée, notamment via le contenu audio : les cris des bataillons, les hurlements d’effroi des personnages, et la musique d’ambiance arrivent à créer une atmosphère particulière chez les joueurs. Regardez ne serait-ce que le trailer « destins croisés » sur internet, et vous comprendrez.

Le gameplay, quant à lui, allie les scènes d’action (ou du moins de rapidité), aux scènes de réflexion, avec des degrés de difficulté différents, ce qui peut peut-être irriter les plus jeunes et ravir les plus âgés.

Un scénario émouvant

            Ne serait-ce que par la présence d’une famille franco-allemande, le jeu ne part absolument pas dans un registre patriote, avec les « gentils français/américains/britanniques » et les « méchants allemands ». Il arrive à montrer que beaucoup de soldats des deux côtés du front n’étaient là que parce qu’ils n’avaient pas le choix, que c’était les Etats-majors qui voulaient cette guerre, pas eux. Le jeu propose également des scènes où l’on voit des interdits : interdiction de fraterniser avec des soldats du camp adverse, interdiction de contester une décision suicidaire qui envoi tout un régiment servir de chair à canons alors que c’est stratégiquement inutile… Sachez enfin que l’histoire est tirée de lettres retrouvées.

Des éléments historiques

            En collaboration avec la revue Histoire, 14-18 Mission Centenaire et Apocalypse, des éléments historiques ont été intégrés au jeu. D’une part, à chaque lieu, le joueur peut découvrir des images colorisées du documentaire Apocalypse avec un commentaire sur ce qu’a été le lieu durant la Première Guerre mondiale. D’autre part, 119 objets ont été cachés dans le jeu : quand ils sont trouvés, le joueur peut lire une anecdote à propos de ces objets durant la guerre.

            Le jeu est disponible en ligne en pour seulement 15€, il serait bête de passer à côté !

("Sous l'uniforme, les soldats sont soumis à la justice militaire. Afin de sanctionner les cas de désobéissance et de désertion, elle sera à l'origine de 2500 condamnations à mort dont 650 seront réellements appliquées (les condamnés seront fusillés), principalement au début de la guerre. Petit à petit, le pouvoir politique tentera de limiter les exécutions, notamment celles dites "pour l'exemple". Lors des mutineries à la suite de l'offensive du Chemin des Dames, une cinquantaine de soldats seront encore exécutés.")

Et pour cloturer ces éloges d'un jeu que j'ai vraiment apprécié (ça doit se voir dans l'article), voici la scène finale du jeu (à ne pas regarder si vous comptez le faire) :

Je vous reconseille le jeu :

 
Le numéro d'avril était le dernier numéro de l'année de Caractères, reprise dans quelques mois !

En savoir plus

—————

24/06/2015 10:15

Call of Duty : Les coulisses d'une usine à succès

Call of Duty : Les coulisses d'une usine à succès
Sébastien DELAHAYE
Canard PC, Presse Non-Stop, 2014
80 pages environ

5€01 sur Amazon (e-book)

On connaît tous le refrain depuis plusieurs années : début novembre, un nouvel épisode de la série à succès Call of Duty est publié, tantôt développé par Infinity Ward, tantôt par Treyarch, l'année dernière par Sleghammer Games, engendrant les passions et permettant aux médias d'accuser la série de provoquer de nouveaux meurtriers sanguinaires.

Mais ce que l'on sait moins (surtout si on ne s'intéresse qu'aux jeux en eux-mêmes), c'est tout le business qu'il y a derrière, les procès évités par des accords entre les parties (arrangés, on se doute, par Activision), les conflits internes, l'ego de chacun et les coups de chaud dans la production.

Si à la base l'objectif de Call of Duty était de détrôner Medal of Honor, cette entreprise a réussi justement parce que ce sont ceux qui ont fait le succès de Medal of Honor qui ont créé Call of Duty (débauchés de chez Electronic Arts par Activision, pour simplifier). Premier conflit entre Activision et EA.

Puis, nouveaux conflits par la suite entre Infinity Ward et Activision pour que le studio conserve l'exclusivité du développement des Call of Duty, en particulier face à leurs "rival" Treyarch.

Le summum du conflit est celui qui opposa violemment les deux têtes d'Infinity Ward, Jason West et Vince Zampella, et Activision, ce qui d'une part perturba quelques peu le développement de Modern Warfare 3 (sauvé par l'annulation d'autres jeux par l'éditeur), mais également jetta une mauvaise image sur la franchise (qui ne souffrait pas d'autant de critiques qu'à l'heure actuellement), le linge sale s'étallant dans la presse.

 

Cet e-book nous donne une vue d'ensemble du business Call of Duty, de son démarrage à ses instants les plus glorieux en passant par les crises internes à Activision et aux studios, dans un jeu de pouvoir avec Electronic Arts et d'ego, principalement entre les dirigeants d'Infinity Ward et d'Activision. A la fin de l'ouvrage, il est également possible de trouver dans les sources certains documents cités en "preuves" dans l'e-book (plaintes, échanges de courriels, documents confidentiels). Malgré tout, si cet ouvrage est une synthèse, il ne reste pas constamment totalement neutre. A chacun de se faire son jugement sur le "méchant" de l'affaire.

Le seul défaut qu'on pourrait trouver au livre numérique, c'est le prix que certains jugeront un peu élevé par rapport au nombre de pages.

N'ayez crainte si vous ne vous intéressez pas à la franchise Call of Duty et encore moins au contenu de ses jeux : ce livre est plus le récit d'affaire d'entreprises (et de patrons/employés) cherchant toujours plus de gains que le contenu de jeux qui, finalement, ne sont quasiment pas abordés.

Le livre est disponible sur Amazon en e-book à 5€01.

En savoir plus

—————

16/06/2015 12:45

Mon flood et mon avis sur les conférences de l'E3

Veuillez m'excuser pour mes 117 tweets et mes 92 retweets.

      Tweets Retweets
Pré-Xbox 2 0
Xbox 27 19
Post-Xbox/Pré-EA 6 14
EA 23 3
Post-EA/Pré-Ubisoft 6 0
Ubisoft 16 20
Post-Ubisoft/Pré-Playstation 8 7
Playstation 26 24
Post-Playstation 3 5

Ce qui m'a plu dans les diverses conférences (attention, avis purement subjectif) :
  • Xbox : annonce de la rétrocompatibilité des jeux Xbox 360 sur Xbox One (même si je n'ai pas la console, c'est une bonne nouvelle pour ceux qui l'ont)
  • Xbox : Minecraft Hololens, bluffant. Extrait de la conférence.
  • EA : Unravel, qui a l'air mignon et sympa (et surtout coupe avec la conférence chiante). Trailer.
  • Ubisoft : le pre-show, divertissant
  • Ubisoft : l'accent français, soyons chauvin
  • Ubisoft : Rainbow Six Siege a l'air pas mal (trailer), tout comme le prochain Ghost Recon semble prometteur (trailer d'annonce).
  • Playstation : Dreams, un projet encore assez mystérieux mais qui est curieux. Teaser.
  • Playstation : je ne suis pas fan des Final Fantasy mais l'annonce du remake de FFVII a fait plaisir où l'assemblée.
  • Playstation : l'annonce de l'exclusivité temporaire des DLC, de la bêta, et le trailer du multijoueur de Call of Duty : Black Ops III. Trailer.
  • Et puis d'autres petits trucs ici et là !

 

En savoir plus

—————

13/05/2015 23:30

Ma conception de Youtube et de Rayman Legends

Vous le savez peut-être (peut-être que vous vous en fichez aussi), j'ai commencé depuis juillet dernier (et je n'ai pas encore fini) à publier sur ma chaîne Youtube des vidéos du fabuleux jeu d'Ubisoft Rayman Legends (ici les niveaux classiques, ici quelques challenges).

Il se trouve qu'un gugusse vient sur mes vidéos depuis février me donner des leçons (je ne donnerai pas son pseudo ici parce que, malgré tout, je ne souhaites pas l'afficher ici, mais étant donné que je donnerai les liens Youtube de notre "échange" de commentaires, vous pourrez voir de qui il s'agit si vous êtes curieux). Si je mets sur le compte de son jeune âge (du moins j'espère pour lui) la virulence de ses commentaires, je souhaites toutefois en profiter pour partager certaines de mes interventions sur mon blog, car même si elles servent de réponses à ses attaques, c'est tout de même la manière dont je vois certaines choses (peut-être pas vous, à vous de me dire). En effet, en réponse, je lui ai donné la vision que j'avais de Youtube en général, de ma chaîne en particulier, et surtout de Rayman Legends (accrochez-vous, j'ai pour facheuse habitude d'écrire des pavés).

Etape 1 : On ose me parler de triche sur Rayman Legends

Ma réponse :

1) La structure des challenges change chaque jour. Aussi, des morceaux sont identiques de jour en jour, mais le niveau n'est jamais totalement identique. Mais il est vrai qu'il me semble les défis dans la Tour infinie sont plus simples que sur les autres niveaux.

2) Je désapprouve totalement l'utilisation de cheat. D'une part il n'y a aucun mérite à gagner des coupes de cette manière. Deuxièmement, cela dégoûte les joueurs honnêtes. Troisièmement, c'est malhonnête. Cette vidéo a été réalisée sans aucun cheat, et je le revendique. De toute façon, les cheater terminant des niveaux à 27km voire plus n'ont absolument aucun mérite et il apparaît très clairement à l'ensemble de la communauté que ces gens ne valent rien. 

Alors c'est bien beau de se vanter de faire 1600 mètres avec un cheat (quoique, excuse-moi, mais quitte à utiliser un cheat, autant tricher jusqu'au bout, 1600 est un score ridicule pour un tricheur), mais ça n'a aucune valeur. 

Si vous aviez un peu d'amour propre (toi et tes camarades tricheurs), vous joueriez correctement et respecteriez l'esprit de compétition. La compétition sur Rayman, c'est jouer et se faire plaisir. Pas gagner. Ou alors gagner honnêtement, avec rien d'autre qu'une manette saine et un compteur de mètres qui ne s'affole pas.

Etape 2 : L'éthyque d'utiliser un cheat

Ma réponse :

Et bien si mes morts sont toujours merdique pour une coupe d'or ou de diamants, tu devrais être capable de faire mieux sans hack, puisque ces vidéos sont la preuve qu'obtenir une coupe de diamants est, certes difficile, mais pas impossible sans hack ! 

Oui, je répète et je signe : je désapprouve complètement tes manières d'obtenir des coupes du moment qu'il y a un hack. Les cheaters m'énervent aussi, voir des 30aines de kilomètres ça me met sur les nerfs, mais je ne cède pas à la "simplicité" d'un hack. 

Que tu n'utilise pas de hack pas pendant tes vidéos, je m'en fiche, le fait est que tu en utilise pour progresser plus rapidement quand même (ce qui se justifie d'autant moins que cela n'apporte aucun avantage en jeu). Et en faisant ça, tu participe à ce qui te dégoûte, tu l'as dit toi-même. A la limite, en postant des vidéos du hack, tu t'attirerais des vues de naïfs, et montrerais aux autres que tu ne mérite pas ces coupes. Au moins, en ne publiant que des vidéos "saines", tu ne t'enfonce pas. 

Libre à toi de "désapprouver mes vidéos aux morts merdiques", je ne partirai pas sur un long débat sur les pouces rouges qui pour moi ne servent à rien, ni sur leur utilisation à foison que je désapprouve, tant sur moi que sur les autres. 

Les hackeurs, c'est le mal de Rayman.

Etape 3 : Youtube, "youtuber", politesse et savoir vivre

  si tu veux pas devenir un vrai youtuber met tes vidéos en privé ou n'en fait pas du tout ou si tu veux continuer continue mais stop rayman ce sont tes vidéos les moins vues !!! les soluces du jeu sont déja sorties depuis longtemps youtube c'est pour les vrais et toi tu n'est q'un faux ! alors dégage !! 50 abonnés tu mérites pas plus que ça au vu de la description ( je vais pas voir les chaines et je deviens pas pote de n'importe qui je réponds pas à vos compliments ) fuck you !!  
pff c trop facile sur ps4 et c pas drole 1700 m et diamant pfff sur pc on s'ennuie pas on peut faire 5000 , 6000 avec coupe d'or et on peut rager !! alors vive les jeux pc
dislike :)

(Les messages ont été supprimés depuis par son auteur, source en photo sur mon Twitter)

Ma réponse :

Bien, on va clarifier les choses une bonne fois pour toutes j'espère.

Je ne me considère pas comme un vrai Youtuber, je vais des vidéos par plaisir et non pas pour m'attirer des millions des vues. Je ne voulais pas t'attaquer sur ce point parce que tu n'as peut-être pas d'autre solution, mais vu comment tu me casse les pieds depuis 3 mois, je vais répondre sans détour : qui es-tu pour venir me parler de "qualité" quand on voit que tu filme avec seulement une caméra posée devant ton écran d'ordinateur ? Comme tu le dis si bien, on peut trouver des vidéos bien meilleures sur Youtube.

50 abonnés (55 pour être exact, mais bon, passons), en effet, il n'y a pas de quoi vivre de Youtube (et tant mieux, ce n'est pas mon intention), et ça tombe bien que je ne "mérite" pas plus, je ne cherche pas la fidélisation. Mais serais-tu jaloux de n'avoir que 11 abonnés sur ta chaîne ?

Je suis allé relire ma description et revoir ma vidéo d'accueil de ma chaîne (tu peux contrôler que pas un seul mot n'a été modifié) : vu que ça ne te semble pas clair, je vais expliciter certains points.

  • Non je ne cherche pas à devenir Youtuber, je n'ai pas le temps, pas le "talent", je souhaites juste pouvoir poster quelques vidéos sur Youtube, plateforme de partage qui nous offre cette opportunité. Pour moi, mettre en ligne des vidéos n'est pas synonyme de "Youtuber".

  • Non, je n'ajoute pas en "ami" des personnes que je ne connais pas sur PS3/PS4, tout comme je n'ai pas pour habitude de "follow back" sur Twitter ou de m'abonner à une chaîne Youtube en échange d'un abonnement sur la mienne. D'une part je ne suis que le contenu/les personnes qui m'intéressent et/ou que je connais (il ne s'agit pas ici d'un échange rapide de quelques messages), et d'autre part je ne veux pas avoir d'abonnés par intérêt mais parce que ce que je propose sur ma chaîne les intéresse, tout ou partie.

  • De ce fait, en effet, inutile de dire "super vidéo mais viens t'abonner à ma chaîne", je ne considère pas ce compliment comme sincère. En revanche, j'accepte volontiers les compliments qui ne réclament rien, juste qui me félicitent/me remercient pour la vidéo que je leur ai proposé : dans ce cas, soit je commente le commentaire si j'ai quelque chose à dire, soit je vais aimer le commentaire. C'est vérifiable sur ma chaîne : si ma vidéo hommage au jeu Wakfu les Gardiens est la plus représentative, j'ai également appliqué ces règles pour tes commentaire du moment qu'ils étaient encore polis et cordiaux en janvier dernier (je suis allé les retrouver, tu peux vérifier : défi du 13/07/2015, défi casse cou du 13/07/2014, baffe'n'rock).

  • Inutile de me dicter le contenu de ma chaîne, en effet, je met en ligne des vidéos quand je veux, en public, en privé ou en non répertorié, à MA convenance et non à celle des abonnés qui, s'ils ne sont pas contents, peuvent passer leur chemin : comme tu l'as dit toi-même, Youtube et suffisamment vaste pour trouver des vidéos qui nous conviennent plus. Nonobstant, je suis tout à fait ouvert à la critique : si j'envoi balader les personnes qui me disent "c'est nul", je lis avec attention le cas échéant les personnes qui me disent "j'ai pas trop aimé parce que ça, ça, ça, je trouve que ça passerait mieux de telle façon, ou que..." etc, et en restant poli. Bref, les critiques constructives oui, les "c nul" ou les pouces rouges qui ne sont pas suivis d'explication, non (d'ailleurs, je risque de m'étendre dans quelques jours sur mon opinion des pouces rouges).

Concernant Rayman, oui c'est certainement beaucoup moins hacké sur PS4, mais je ne crois les hauts scores qu'avec des preuves. C'est aussi pour cela que je n'ai pas répondu à ton précédent commentaire me disant que tu avais parcouru soit disant 11km au donjon de Murfy sans tricher (commentaire sur la vidéo du défi casse cou du 03/04/2015), car je ne peux te croire qu'avec des preuves, pas sur parole, et en toute franchise, je doute très sérieusement que tu l'ai fait sans cheat (sauf si tu me prouve le contraire, bien entendu). Je suis allé voir un peu ta chaîne, et ayant vu que tu avait indiqué avoir fait 4400m dans le puits sans fond sans montrer la totalité du parcours dans la vidéo, je n'ai pu que constater un titre mensonger. Quoi qu'il en soit, je le répète et je signe, bien que cela soit plus difficile d'obtenir des coupes de diamants sur PC, cela ne justifie en rien le recours aux cheats, d'autant plus que le 12ème niveau de génialitude n'apporte aucun avantage significatif en jeu, ni de contenu supplémentaire (à part peut-être un costume, je ne sais plus), et que les 11 niveaux précédents sont accessibles avec le contenu solo.

"Alors vive les jeux PC" peut-être, en attendant de ce que j'ai pu voir sur ta chaîne (vu les critiques que tu me fais, permet moi d'attaquer par la comparaison), aucune de tes vidéos de défi en ligne de Rayman Legends ne dépasse les 3 minutes (je note que celle-ci par exemple en fait 5) : tu peux venir critiquer la longueur des niveaux que je propose, mais permet moi de cordialement te demander de balayer devant ta porte.

Concernant le "dislike" que tu as mis, je ne vais pas m'épiloguer dessus vu la longueur déjà conséquente de ce message. Cependant, vu que tu ne semble pas être une vierge effarouchée par le contenu qui aurait pu être honteux de cette vidéo au regard du reste que je propose sur ma chaîne (dans la mesure où tu me critique déjà depuis février), je te suggère vivement de ne pas perdre ton temps sur ma chaîne, et d'aller voir ailleurs. Et comme au moment où je termine de rédiger ces lignes je vois que tu es en train de poster des insultes sur d'autres vidéos, je pense que si tu continue je pourrai te pousser vers la sortie en te bloquant dans le plus grand des calmes évidemment.

Au delà de ce cirque...

Les excès ridicules...

Je trouve que le savoir vivre est la moindre des choses, sur Youtube ou ailleurs. Je suppose que cet individu est jeune et que qu'on peut mettre sur le compte de son jeune âge ces "excès". Toutefois, je suppose que ce n'est pas le seul à revenir à la charge sur les vidéos d'une personne (en l'occurence, lui, après avoir été poli en janvier, m'enquiquinait depuis février dernier), et je trouve que cela est vraiment stupide, contreproductif, et n'amène à rien. Franchement, tant pour celui qui a posté la vidéo, exaspéré de voir ces commentaires, que pour l'auteur de cet acharnement qui perd clairement son temps, c'est quand même débile, non ? Et je ne parle même pas des insultes (le garnement cité ci-dessus a quand même tenu à me faire l'honneur d'un "fuck you" sur une de mes vidéos, que je me suis chargé de retirer (mais s'il faut des preuves, j'ai toute l'affaire par mail)). Quelle impolitesse, perte de temps, et ridicule intervention...

Alors oui, je peux le bannir/bloquer. A ce qu'il parraît je suis trop gentil, et j'ai tendance à laisser une autre chance (ou plusieurs). Mais si ça me pique, j'ai cette option sous la main, surtout si ça s'acharne.

"Youtuber" ?

Je souhaites en profiter pour, en quelques mots, partager ma pensée sur le terme "Youtuber" que j'ai soigneusement évité durant ces messages. On trouve aujourd'hui énormément de personnes qui, sur les réseaux sociaux, sous prétexte qu'ils ont posté 2-3 vidéos, se qualifient dans leur description de "youtuber". Or, je trouve qu'on abuse sur l'utilisation de ce terme.

Pour moi, un Youtuber est quelqu'un qui, au delà du fait qu'il poste des vidéos sur Youtube, possède une certaine notoriété, pas dans le sens d'être un acteur influent de la plateforme mais dans le sens où il a réussit à fidéliser un certain nombre d'abonnés (quel nombre ? c'est subjectif...), non pas par l'organisation de concours ou le follow back massif, mais par la qualité du contenu proposé, que les internautes sont venus voir par eux-mêmes, le bouche à oreille, etc... mais en aucun cas d'une manière intéressée (c'est à dire pas pour bénéficier d'un avantage en retour). Pour moi, un Youtuber, pour être qualifié comme tel, doit aussi proposer un contenu régulier (à ne pas confondre avec fréquent : un contenu mensuel peut tout à fait être régulier), avoir une certaine proximité avec sa communauté (pas faire des "rencontres abonnés" ni accepter tout le monde en amis, mais lire un certain nombre de retours, dialoguer de temps à autres dans les commentaires, messages privés, etc... dans la mesure du possible évidemment).

C'est en cela que je ne me qualifie pas en tant que tel (en témoigne ma description Twitter, "Je ne suis PAS un Youtubeurre."). Certes je poste des vidéos, certes j'ai quelques abonnés, certes je répond à quelques commentaires, mais je n'ai pas de "notoriété", ni de public fidélisé, ni de proximité avec une communauté (le principal fait était que je ne parle que très rarement dans mes vidéos) et mon contenu n'est pas vraiment cohérent. Alors oui j'ai quelques vidéos qui ont bien marché, avec parfois quelques milliers de vues, mais ce sont les exceptions qui confirment la règle. Je ne suis pas un Youtuber, je poste des vidéos sur Youtube (et c'est le cas, à mon avis, d'énormement de monde que se qualifient de Youtuber, ce terme pouvant aussi provoquer des jalousies et parfois monter à la tête) : pour moi, la nuance est importante.

Les pouces rouges

J'ai déjà expliqué dans ma 3ème intervention ce que je pensais en gros des pouces rouges (qui à mon avis sont en partie inutiles). Malgré le fait que je poste ce billet aujourd'hui à la suite de mon intervention sur Youtube pour dire ma manière de penser et ici pour la partager, j'avais prévu dans les prochains jours d'écrire un article sur ce que je pensais du système de pouces rouges, que je vois d'un assez mauvais oeil.
Mais ce post est déjà long, et je parlerai des pouces rouges comme prévu dans un autre post (si jamais vous n'êtes pas déjà partis en courant à la vue de mes pavés).
 
 
Si vous avez des passages de cet article à commenter, qui n'ont pas été clairs, à approuver ou à débattre (calmement et poliment), je laisse un espace de commentaires en dessous. Vous pouvez également me laisser des messages en privé (Twitter, Youtube, etc...). Merci pour votre lecture.
 
lechevalierdej

En savoir plus

—————

Tous les articles

—————